• header 7
  • header 6
  • header 5
  • header 4
  • header 3
  • header 2
  • header 1

Le C.I.M.: Une longue Histoire

Fondé par trois yacht-clubs historiques, le Yacht Club de France, le Yacht Club Italiano et le Real Club Nautico de Barcelone, qui totalisent à ce jour plus de 400 ans d’existence, le Comité International des Courses-Croisières de la Méditerranée a vu le jour en 1926. Son autorité et sa compétence n’ont jamais été aussi utiles qu’aujourd’hui, avec la complexité grandissante des épreuves de yachting classique.

Les grandes courses-croisières d’été sillonnaient la Méditerranée occidentale, jalonnées de fêtes somptueuses aux départs, aux escales et aux arrivées. Devant leur nombre et la qualité de leur fréquentation, la nécessité d’une autorité commune s’imposa. En effet, déjà à cette époque, les propriétaires de grands yachts se devaient d’y amener leur bateau, comme par exemple Moonbeam III, qui s’appelait alors Eblis, et qui remporta la Course-Croisière de Méditerranée en 1927 et en 1928, devenant ainsi le premier lauréat inscrit au palmarès d’une course du CIM.

Après une interruption, de 1939 à 1948, on vit réapparaître les courses-croisières, avec beaucoup de succès, et une forte participation française, italienne et espagnole. Et, en 1950, les organisateurs décidèrent de « ressusciter » le CIM. A la réunion re-fondatrice du 15 janvier 1951, tenue à Paris, siégèrent, en plus des représentants des trois yacht-clubs fondateurs, ceux des Fédérations nationales de voile et des jaugeurs officiels de chaque Fédération.

Deux yacht-clubs très actifs furent bientôt cooptés par les fondateurs : le Yacht Club de Monaco (fondé en 1953) et le Royal Malta Yacht Club (fondé en 1835). Dès 1978, le CIM se composait donc de cinq clubs, officiellement réunis dans le Protocole de Monaco du 8 février 1979 qui définissait ses champs d’action et son éthique.

En 1952, René Lelainville, président de l’Union des Croiseurs, proche du YCF, dont il est vice-président et Beppe Croce, le président de l’YCI, ont l’idée de la Giraglia, fameuse course-croisière estivale qui reste la plus fréquentée. En 1967, le club maltais crée la Middle Sea Race, course hauturière la plus sportive et la plus réputée de Méditerranée. Dans les années soixante, le CIM intervient, aux côtés du RORC, dans la conception de la jauge IOR. Plus récemment, le CIM a créé sa propre jauge classique, qui régit les grandes régates classiques de Méditerranée.

Aujourd’hui, le CIM, sous l’impulsion de Philippe Court, président du YCF, après une période de quasi-sommeil, est à nouveau en charge du yachting classique méditerranéen. Présidé par Carlo Croce, président à la fois de la FIV et du YCI, et dont le secrétaire général est Bernard d’Alessandri, le CIM réunit les associations de propriétaires de yachts classiques, AIVE (Italie), AFYT (France), RANC (Espagne), AMBC et La Belle Classe (Monaco), et les différentes Fédérations nationales de voile. Ensemble, elles constituent les Comités exécutifs et techniques ; les Fédérations nationales s’engageant à faire respecter les décisions du CIM sur leurs territoires.

C’est la réunion de toutes ces compétences qui produit en Méditerranée un yachting classique d’une qualité enviée dans le monde entier.

ND